Philosophie

Circulaire de rentrée 2021

La circulaire de rentrée 2021 est parue dans le BO n°25 du 24 juin 2021.

L’École est la colonne vertébrale de la République, son berceau et le lieu de construction de son avenir. Elle en partage les défis, la force et les promesses. L’année scolaire 2020-2021 a vu l’École de la République être, une nouvelle fois, confrontée à deux crises majeures : la crise sanitaire et la menace terroriste, avec l’assassinat par un terroriste islamiste de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie.

Face à ces événements, l’École de la République a fait la preuve de son unité et de sa capacité à réagir face à l’imprévu. Incarnée par chaque personnel de l’éducation nationale, elle est restée fidèle à sa promesse : celle de permettre à chaque enfant, sur tout le territoire, de s’épanouir et de déployer toutes ses potentialités, pour qu’il soit, à l’âge adulte, un citoyen libre et éclairé, c’est-à-dire doué d’esprit critique et conscient de partager une destinée commune avec le reste de la société française. Elle a, plus que jamais, transmis à chaque enfant et jeune de notre pays savoirs, compétences et valeurs.

Alors que la situation sanitaire constitue une véritable catastrophe éducative à l’échelle mondiale, la France fait partie des pays dont les écoles ont été le moins fermées. À chaque fois que des fermetures ont dû être décidées, les équipes ont mis en place une continuité pédagogique pour la poursuite des apprentissages. La sécurité sanitaire de l’espace scolaire a été préservée grâce au respect par tous d’un protocole sanitaire exigeant et par le déploiement de la stratégie « Tester, alerter, protéger ». Nous pouvons donc être fiers de cette réussite collective, et je tiens à en remercier chacun et chacune d’entre vous.

La rentrée 2021 devrait intervenir dans des conditions sanitaires plus favorables et permettre de retrouver des modalités d’enseignement dans des conditions aussi normales que possible pour tous les élèves et les professeurs. En pratique, sous réserve de la situation sanitaire locale, les cours devraient reprendre en présence pour tous les élèves. Nous devons toutefois continuer à nous préparer à toutes les éventualités à l’échelle des politiques académiques. Toutes les écoles et tous les établissements mettront donc en place un plan de continuité pédagogique sur la base des plans déjà publiés au niveau national, pour assurer la continuité des apprentissages dans l’hypothèse où la circulation particulièrement active du virus ou toute autre situation obligerait à prendre des mesures ciblées (fermeture ponctuelle ou réduction de la jauge des élèves accueillis). Ce plan devra comporter un volet organisationnel, un volet pédagogique et un volet numérique.

L’année scolaire 2021-2022 doit nous permettre de consolider quatre dimensions essentielles de notre « maison commune » :

  • l’École comme lieu d’apprentissage au service de la poursuite de l’élévation du niveau général ;
  • l’École comme lieu où se construisent le rapport à l’autre et la vie en société, adossés aux valeurs de la République et à une culture humaniste ;
  • l’École comme lieu où chacun a sa place, en donnant plus à ceux qui ont moins pour assurer l’égalité des chances, en veillant à la pleine santé de tous et en parachevant la transformation de l’École inclusive ;
  • l’École comme lieu fondé sur une équipe éducative soudée.

Cette affirmation du rôle de l’École de la République est indissociable de la poursuite de la revalorisation du service public de l’éducation nationale et de ses personnels. Ce sont ainsi 700 millions de crédits de rémunération supplémentaires qui sont attribués en 2022, après 400 millions en 2021. Elle peut aussi s’appuyer sur le nouveau périmètre de notre ministère, qui permet d’articuler les politiques publiques en matière d’éducation, de jeunesse et de sports, créant des synergies inédites pour accompagner les différents temps de l’élève. Ensemble, c’est notre École que nous rebâtissons, au service de la réussite des élèves et de l’unité de notre société.


1. L’École de la République, lieu d’apprentissage au service de la poursuite de l’élévation du niveau général

L’objectif premier de l’École est de garantir l’acquisition de savoirs fondamentaux solides pour permettre ensuite aux élèves de choisir la voie qui leur correspond le mieux.

C’est pour servir cet objectif que nous avons placé, depuis 2017, l’école primaire au cœur de notre action. Les enquêtes internationales comme nationales avaient en effet montré une baisse régulière des élèves en français, ainsi qu’en mathématiques depuis 25 ans. L’instruction obligatoire à 3 ans, instituée par la loi Pour une École de la confiance, la priorité donnée aux savoirs fondamentaux à l’école primaire, adossée aux Plans français et mathématiques, et la publication des repères et attendus de progression à destination des professeurs ont d’ores et déjà permis d’inverser cette tendance et d’engager l’élévation du niveau de connaissances et de compétences des élèves, comme en témoignent les évaluations d’entrée en 6e. Enfin, les professeurs comme les inspecteurs ont désormais à leur disposition une série de guides thématiques sur l’apprentissage des fondamentaux, élaborés en lien avec le Conseil scientifique de l’éducation nationale, sur lesquels ils peuvent s’appuyer. Ces guides seront d’ailleurs remis à tout nouveau professeur des écoles à compter de la rentrée 2021.

Le contexte sanitaire que notre pays connaît depuis plus d’un an impose de poursuivre le travail remarquable mené par les professeurs autour des axes suivants.

Adapter l’acquisition des premiers mois de l’année scolaire afin de consolider les apprentissages et de tenir compte des retards induits par la crise sanitaire

Lors de la crise sanitaire que nous avons traversée, tous les élèves n’ont pas été confrontés à la même situation : certains ont été empêchés, du fait de la Covid, de se rendre en classe pendant plusieurs semaines. D’autres ont été une large partie de l’année en enseignement hybride, notamment au lycée, mais aussi au collège. Il est donc indispensable, sans perdre de vue les objectifs d’acquisition, d’adapter les parcours d’apprentissage à la situation objective des élèves. Les évaluations nationales de début CP, mi-CP, CE1, 6e, CAP et 2de constituent des points de repères inédits et permettent, grâce à quatre années de recul, de mieux identifier les forces et les fragilités des élèves. Améliorées chaque année à partir du retour des professeurs, elles constituent un point d’appui pour les échanges avec les parents. Elles sont également un appui pédagogique important pour chaque professeur comme pour les équipes pédagogiques, et leurs résultats doivent faire l’objet d’un travail d’appropriation collectif à l’échelle de l’école, du collège ou du lycée. Dans les autres niveaux, des outils de positionnement sont mis à disposition des professeurs afin de les aider à mieux cerner les besoins de leurs élèves.

En outre, une attention particulière devra être accordée aux années charnières : les dispositifs Je rentre au CP et Je rentre en 6e, qui ont porté leurs fruits, doivent désormais être systématisés.

Lire l’intégralité de la circulaire dans le BO n°25 du 24 juin 2021

Mise à jour : 27 juin 2021