Philosophie

Sujets du concours général depuis 1996

mercredi, 28 décembre 2011

http://philosophie.ac-amiens.fr/spip.php?article170

Les sujets du concours général de philosophie depuis 1996.

2011 :

- ES et S : Tout vouloir.
- L : Comment voir les choses comme elles sont ?

2010 :

- ES et S :
la science peut-elle se comprendre elle-même ?
- L :
Qu’est-ce qu’un esprit libre ?

2009 :

- ES et S :
L’ineffable.
- L :
L’art nous détourne-t-il de la connaissance du monde ?

2008 :

- ES et S :
Mes valeurs.
- L :
Comment être certain que la vie n’est pas un songe ?

2007 :

- ES et S :
La beauté du désordre.
- L :
Notre identité dépend-elle du jugement des autres ?

2006 :

- L :
La volonté de tout comprendre est-elle rationnelle ?
- ES, S :
La raison face à la déraison.

2005 :

- L :
Le bien s’impose-t-il de la même manière que le vrai ?
- ES, S :
Peut-il y avoir des illusions de la liberté ?

2004 :

- L :
Le droit peut-il faire abstraction de la morale ?
- ES, S :
L’art peut-il nous apprendre ce qu’est la vérité ?

2003 :

- L :
De quelle liberté l’art témoigne-t-il ?
- ES, S :
La morale exige-t-elle que le bien coûte plus que le mal ?

2002 :

- ES et S :
Qu’est-ce qu’un peuple ?
- L :
Quelle peut être la force des idées ?

2001 :

- ES et S :
Peut-on aimer la vérité sans la connaître ?
copie du 1er prix
- L :
Qu’est-ce qui nous permet de distinguer le réel de ce qui n’est pas lui ?

2000 :

- ES et S :
Qu’est-ce qu’un maître ?
1ère copie du 1er prix -
2ème copie du 1er prix
- L :
« C’est une sorte de folie d’être sage au milieu des fous » (J.-J. Rousseau, Écrits sur l’Abbé de Saint-Pierre)

1999 :

- ES et S :
Pourquoi parlons-nous ?
- L :
Y a-t-il de l’inconnaissable ?
copie du 1er prix

1998 :

- ES et S :
La raison peut-elle nous servir de guide ?
copie du 1er prix
- L :
Apprend-on à penser ?
copie du 1er prix

1997 :

- ES et S :
Serait-il absurde de nier la réalité du temps ?
- L :
Le mal a-t-il son origine dans l’homme ?

1996 :

- ES et S :
Pourquoi faut-il vouloir la vérité ?
- L :
Quelle est la fonction politique de l’utopie ?