Visuel du bouquet de services académiques

Philosophie

Vous êtes ici : Accueil > Formation > Formation continue >

Droit individuel à la formation pour les enseignants

Le BO n°44 du 1er décembre 2011 précise les modalités de mise en œuvre du droit individuel à la formation pour les enseignants.

La présente circulaire abroge et remplace la circulaire n° 2010-206 du 17 juin 2010 sur la mise en œuvre, pour l’année scolaire 2010-2011 du droit individuel à la formation (Dif) des personnels enseignants, d’éducation et d’orientation dont elle pérennise les dispositions.

La mise en œuvre du droit individuel à la formation (Dif) des personnels enseignants, d’éducation et d’orientation s’inscrit dans le cadre des mesures relatives au Pacte de carrière visant à un meilleur accompagnement des enseignants et des personnels d’éducation et d’orientation durant leur carrière.

Le Dif s’adresse aux personnels titulaires ainsi qu’aux personnels non titulaires.

La présente circulaire a pour objet d’en préciser les conditions de mise en œuvre en ce qui concerne la mobilisation du Dif (I), les formations éligibles (II), l’examen des demandes (III) et les conditions de rémunération et de financement (IV).

 I - La mobilisation du Dif

Le droit individuel à la formation tel qu’il est régi par les décrets du 15 octobre 2007 et 26 décembre 2007 bénéficie de droit aux personnels enseignants, d’éducation et d’orientation titulaires et non titulaires pour leur permettre de se former tout au long de leur carrière.

Chaque agent travaillant à temps complet bénéficie d’un droit individuel à la formation d’une durée de vingt heures par année de service. Cette durée est calculée au prorata du temps travaillé pour les personnels à temps incomplet ou à temps partiel sauf lorsque le temps partiel est de droit. Pour le calcul des droits ouverts, sont prises en compte les périodes d’activité y inclus les congés qui relèvent de l’article 34 de la loi du 11 janvier 1984, les périodes de mise à disposition, de détachement, ainsi que les périodes de congé parental.

Pour bénéficier du droit individuel à la formation, les agents non titulaires doivent compter au 1er janvier de l’année au moins un an de services effectifs au sein de l’administration.

 II - Les formations éligibles

Le droit individuel à la formation doit prioritairement être utilisé pour des formations hors plan de formation, permettant à l’agent d’acquérir de nouvelles compétences dans la perspective notamment d’une mobilité professionnelle par une préparation et un accompagnement adéquats et personnalisés. Vous veillerez à accorder des for

Ces formations peuvent être offertes par des établissements publics (établissements d’enseignement supérieur, Cned Le CNED est le Centre national d’enseignement à distance, qui permet de suivre de cours et de préparer examens et concours par correspondance. , Cnam, réseau de formation continue des adultes de l’éducation nationale, etc.) voire des organismes privés. Il peut également s’agir de formation à distance, de validation des acquis de l’expérience ou de réalisation de bilans de compétence. La mutualisation interacadémique des actions de formation susceptibles d’être retenues dans le cadre du Dif peut être envisagée.

 III - L’examen des demandes

Le droit individuel à la formation professionnelle s’exerce à l’initiative de l’enseignant ou du personnel d’éducation et d’orientation et doit s’inscrire dans le cadre d’un projet professionnel.

Les demandes seront présentées par les enseignants et les personnels d’éducation et d’orientation intéressés selon un calendrier que vous définirez.
Les demandes seront transmises au chef d’établissement ou à l’IEN de circonscription pour le premier degré ou au directeur de CIO pour les personnels d’orientation, qui émettra un avis circonstancié, avant d’être examinées individuellement par le collaborateur que vous désignerez et qui peut être le conseiller mobilité-carrière. Chaque demande peut donner lieu à un entretien permettant à l’agent d’expliciter son projet.

L’administration dispose d’un délai de deux mois pour notifier sa réponse à la demande de l’agent.

L’action de formation choisie en utilisation du droit individuel à la formation fait l’objet d’un accord écrit entre l’enseignant ou le personnel d’éducation et d’orientation et l’administration.

 IV - Conditions d’indemnisation et de financement

a) Conditions d’indemnisation

L’article 13 du décret de 2007 prévoit le versement d’une allocation de formation dès lors que la formation dispensée dans le cadre du Dif s’effectue pendant les vacances scolaires.

Les modalités de calcul de cette indemnité correspondent à 50 % du traitement horaire d’un agent en prenant comme élément de référence la durée légale annuelle du travail telle qu’elle est fixée pour la fonction publique, c’est-à-dire 1 607 heures.

L’indemnité est versée sur la base du traitement indiciaire net selon la formule suivante :

Traitement indiciaire net annuel / 1607 = X.

X / 2 = Y,
Y = taux horaire pour une heure de formation

L’indemnité finale correspond à Y multiplié par le nombre effectif d’heures de formation suivies dans le cadre du Dif.

Cette allocation ne revêt pas le caractère d’une rémunération au sens de l’article L. 242-1 du code de la sécurité sociale et n’est donc pas soumise au prélèvement prévu à l’article L. 61 du code des pensions civiles et militaires de retraite. L’allocation formation sera versée une fois la formation totalement accomplie. En cas d’interruption de la formation, elle sera calculée en fonction du nombre d’heures de formation déjà suivies.

b) Conditions de financement

La formation peut également donner lieu à une prise en charge financière dans la limite des crédits disponibles. Il paraît souhaitable que les demandes que vous retiendrez au titre du Dif en raison de l’intérêt que présentent les projets professionnels des personnels soient financés partiellement ou totalement à l’intérieur des dotations académiques.

Mise à jour : 22 janvier 2012