Philosophie

Épreuves du baccalauréat technologique

Mise à jour : 15 juillet 2016

L’arrêté du 15 septembre 1993 modifié présente les épreuves du baccalauréat technologique. Il est à noter que les séries technologiques sont en pleine rénovation et que certaines épreuves vont changer dès la session 2013.

Article 1
(différé)
Modifié par Arrêté du 22 juillet 2011 - art. 1

Les matières d’enseignement sur lesquelles portent les épreuves obligatoires du baccalauréat technologique ainsi que les coefficients attribués à chacune de ces matières sont fixés comme suit :

 SÉRIE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL (ST2S)

Cette disposition est applicable à compter de la session 2009 et prend effet pour les épreuves anticipées passées en 2008.

Désignation Coefficient Nature de l’épreuve Durée
Épreuves anticipées
1. Français 2 Écrite 4 heures
2. Français 2 Orale 20 minutes
Épreuves terminales
3. Histoire-géographie 2 Écrite 2H30
4. Philosophie 2 Écrite 4 heures
5. Langue vivante 1 2 Écrite et orale en CCF (2) 2 heures
6. Mathématiques 3 Écrite 2 heures
7. Sciences physiques et chimiques 3 Écrite 2 heures
8. Sciences et techniques sanitaires et sociales 7 Écrite 3 heures
9. Sciences et techniques sanitaires et sociales 7 Pratique 3 heures
10. Biologie et physiopathologie humaines 7 Écrite 3H30
11. Education physique et sportive 2 CCF
EPS de complément (Épreuve obligatoire pour les élèves ayant suivi l’enseignement d’EPS complémentaire) 2 CCF

(2) Contrôle en cours de formation, sous réserve des dispositions de l’article 5 du présent arrêté.

 SÉRIE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE (STL)

DÉSIGNATION COEFFICIENT NATURE DE L’ÉPREUVE DURÉE
Épreuves anticipées
1. Français 2 Écrite 4 heures
2. Français 2 Orale 20 minutes
3. Histoire-géographie 2 Orale 20 minutes
Épreuves terminales
4. Éducation physique et sportive 2 CCF (1)
5. Langue vivante 1 2 Écrite et orale (2) 2 heures (partie écrite)
6. Langue vivante 2 (3) 2 Écrite et orale (2) 2 heures (partie écrite)
7. Mathématiques 4 Écrite 4 heures
8. Philosophie 2 Écrite 4 heures
9. Physique-chimie 4 Écrite 3 heures
9. Chimie-biochimie-sciences du vivant et enseignement spécifique à la spécialité (4) 8 Écrite 4 heures
10. Évaluation des compétences expérimentales 6 Pratique 3 heures
11. Projet en enseignement spécifique à la spécialité (4) 6 Orale (5) 15 minutes (présentation du projet)
12. Enseignement technologique en LV1 ― (6) Orale (7)
― EPS de complément (8) 2 CCF (1)

(1) Contrôle en cours de formation (cf. arrêté du 9 avril 2002 relatif aux épreuves d’éducation physique et sportive des baccalauréats général et technologique).

(2) La partie orale de l’épreuve est évaluée en cours d’année.

(3) A compter de la session 2017. Pour les sessions 2013 à 2016, l’épreuve est facultative.

(4) Enseignement spécifique à la spécialité : « biotechnologies » ou « sciences physiques et chimiques en laboratoire ».

(5) Évaluation en cours d’année de la conduite du projet et d’une présentation du projet. Chacune de ces deux parties de l’évaluation est affectée d’un coefficient 3.

(6) Seuls sont pris en compte les points supérieurs à la moyenne de 10 sur 20. Ces points sont multipliés par deux.

(7) Évaluation en cours d’année.

(8) Uniquement pour les élèves ayant suivi l’enseignement d’EPS complémentaire.

 SÉRIE SCIENCES ET TECHNOLOGIE DU DESIGN ET DES ARTS APPLIQUÉS (STD2A)

DÉSIGNATION COEFFICIENT NATURE DE L’ÉPREUVE DURÉE
Épreuves anticipées
1. Français 2 Écrite 4 heures
2. Français 2 Orale 20 minutes
3. Histoire-géographie 2 Orale 20 minutes
Épreuves terminales
4. Éducation physique et sportive 2 CCF (1)
5. Langue vivante 1 2 Écrite et orale (2) 2 heures (partie écrite)
6. Langue vivante 2 (3) 2 Écrite et orale (2) 2 heures (partie écrite)
7. Mathématiques 2 Écrite 3 heures
8. Philosophie 2 Écrite 4 heures
9. Physique-chimie 2 Écrite 2 heures
10. Analyse méthodique en design et arts appliqués 6 Écrite 4 heures
11. Projet en design et arts appliqués 16 Orale (4) 20 minutes (oral terminal)
12. Design et arts appliqués en LV1 ― (5) Orale (6)
― EPS de complément (7) 2 CCF (1)

(1) Contrôle en cours de formation (cf. arrêté du 9 avril 2002 relatif aux épreuves d’éducation physique et sportive des baccalauréats général et technologique).

(2) La partie orale de l’épreuve est évaluée en cours d’année

(3) A compter de la session 2017. Pour les sessions 2013 à 2016, l’épreuve est facultative.

(4) Épreuve évaluée en cours d’année et lors d’un oral terminal. Chacune de ces deux parties de l’évaluation est affectée d’un coefficient 8.

(5) Seuls sont pris en compte les points supérieurs à la moyenne de 10 sur 20. Ces points sont multipliés par deux.

(6) Épreuve évaluée en cours d’année.

(7) Uniquement pour les élèves ayant suivi l’enseignement d’EPS complémentaire.

 SÉRIE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L’INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE (STI2D)

DÉSIGNATION COEFFICIENT NATURE DE L’ÉPREUVE DURÉE
Épreuves anticipées
1. Français 2 Écrite 4 heures
2. Français 2 Orale 20 minutes
3. Histoire-géographie 2 Orale 20 minutes
Épreuves terminales
4. Éducation physique et sportive 2 CCF (1)
5. Langue vivante 1 2 Écrite et orale (2) 2 heures (partie écrite)
6. Langue vivante 2 (3) 2 Écrite et orale (2) 2 heures (partie écrite)
7. Mathématiques 4 Écrite 4 heures
8. Philosophie 2 Écrite 4 heures
9. Physique-chimie 4 Écrite 3 heures
10. Enseignements technologiques transversaux 8 Écrite 4 heures
11. Projet en enseignement spécifique à la spécialité (4) 12 Orale (5) 20 minutes (oral terminal)
12. Enseignement technologique en LV1 ― (6) Orale (7)
― EPS de complément (8) 2 CCF (1)

(1) Contrôle en cours de formation (cf. arrêté du 9 avril 2002 relatif aux épreuves d’éducation physique et sportive des baccalauréats général et technologique).

(2) La partie orale de l’épreuve est évaluée en cours d’année.

(3) A compter de la session 2017. Pour les sessions 2013 à 2016, l’épreuve est facultative.

(4) Enseignement spécifique à la spécialité : « architecture et construction », « énergies et environnement », « innovation technologique et écoconception » ou « systèmes d’information et numérique ».

(5) Évaluation en cours d’année et lors d’un oral terminal. Chacune de ces deux parties de l’évaluation est affectée d’un coefficient 6.

(6) Seuls sont pris en compte les points supérieurs à la moyenne de 10 sur 20. Ces points sont multipliés par deux.

(7) Épreuve évaluée en cours d’année.

(8) Uniquement pour les élèves ayant suivi l’enseignement d’EPS complémentaire.

 SÉRIE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION (STG)

DÉSIGNATION COEFFICIENT NATURE DE L’ÉPREUVE DURÉE
Épreuves anticipées
1. Français 2 Écrite 4 heures
2. Français 2 Orale 20 minutes
Épreuves terminales
3. Histoire-géographie 2 Écrite 2 heures 30
4. Philosophie 2 Écrite 4 heures
5. Éducation physique et sportive 2 CCF
EPS de complément (Épreuve obligatoire pour les élèves ayant suivi l’enseignement d’EPS complémentaire) 2 CCF
Spécialité communication et gestion des ressources humaines
6. Langue vivante 1 3 Écrite et orale (2) 2 heures (partie écrite)
7. Langue vivante 2 3 Écrite et orale (2) 2 heures (partie écrite)
8. Mathématiques 2 Écrite 2 heures
9. Économie-droit 6 Écrite 3 heures
10. Management des organisations 4 Écrite 3 heures
11. Épreuve de la spécialité : communication et gestion des ressources humaines 12 (7+5) Écrite et pratique 4 heures 45
Spécialité mercatique (marketing)
6. Langue vivante 1 3 Écrite et orale (2) 2 heures (partie écrite)
7. Langue vivante 2 2 Écrite et orale (2) 2 heures (partie écrite)
8. Mathématiques 3 Écrite 3 heures
9. Économie-droit 6 Écrite 3 heures
10. Management des organisations 4 Écrite 3 heures
11. Épreuve de la spécialité : mercatique (marketing) 12 (7+5) Écrite et pratique 4 heures 45
Spécialité comptabilité et finance d’entreprise
6. Langue vivante 1 3 Écrite et orale (2) 2 heures (partie écrite)
7. Langue vivante 2 2 Écrite et orale (2) 2 heures (partie écrite)
8. Mathématiques 3 Écrite 3 heures
9. Économie-droit 6 Écrite 3 heures
10. Management des organisations 4 Écrite 3 heures
11. Épreuve de la spécialité : comptabilité et finance d’entreprise 12 (7+5) Écrite et pratique 4 heures 45
Spécialité gestion des systèmes d’information
6. Langue vivante 1 2 Écrite et orale (2) 2 heures (partie écrite)
7. Langue vivante 2 2 Écrite et orale (2) 2 heures (partie écrite)
8. Mathématiques 4 Écrite 3 heures
9. Économie-droit 6 Écrite 3 heures
10. Management des organisations 4 Écrite 3 heures
11. Épreuve de la spécialité : gestion des systèmes d’information 12 (7+5) Écrite et pratique 4 heures 45

Les épreuves pratiques des séries technologiques consistent en une épreuve terminale organisée selon l’un des modes suivants :

  • Travaux pratiques, précédés ou suivis, le cas échéant, d’une préparation écrite ;
  • Interrogation orale, à partir d’un dossier, comportant une part d’activité pratique réalisée lors de l’épreuve.

Dans les deux cas, les examinateurs disposent pour attribuer leur note :

  • des résultats de l’épreuve ;
  • des travaux ou comptes rendus des travaux effectués en cours d’année, le cas échéant, en milieu professionnel ;
  • des appréciations des professeurs.

 Épreuves facultatives et choix des langues

Article 2 (différé)
Modifié par Arrêté du 22 juillet 2011

Les épreuves facultatives du baccalauréat technologique sont fixées comme suit :

  • Série ST2S : langue vivante étrangère ou régionale, langue des signes française (LSF), éducation physique et sportive, arts.

Cette disposition est applicable à compter de la session 2009 et prend effet pour les épreuves anticipées passées en 2008.

  • Série STD 2A : langue vivante étrangère ou régionale (uniquement pour les sessions 2013 à 2016 de l’examen), langue des signes française (LSF), éducation physique et sportive, arts.
  • Série STI2D : langue vivante étrangère ou régionale (uniquement pour les sessions 2013 à 2016 de l’examen), langue des signes française (LSF), éducation physique et sportive, arts.
  • Série STL : langue vivante étrangère ou régionale (uniquement pour les sessions 2013 à 2016 de l’examen), langue des signes française (LSF), éducation physique et sportive, arts
  • Série STG : langue vivante étrangère ou régionale, éducation physique et sportive, arts et langue des signes française (LSF).

L’épreuve facultative d’arts est organisée à compter de la session de 1998. Elle porte, au choix des candidats, sur l’un des domaines suivants : arts plastiques ou cinéma audiovisuel ou histoire des arts ou musique ou théâtre ou danse.

Les candidats à l’épreuve d’éducation physique et sportive de complément ne peuvent s’inscrire à l’épreuve facultative d’éducation physique et sportive.

Pour les élèves scolarisés dans les sections européennes ou de langues orientales des différentes séries, l’une des épreuves facultatives énumérées aux alinéas précédents peut, au choix du candidat, être remplacée par l’évaluation spécifique prévue par l’arrêté du 9 mai 2003 relatif aux conditions d’attribution de l’indication "section européenne" ou section de langue orientale sur les diplômes du baccalauréat général et du baccalauréat technologique.

Article 2-1 (différé)
Créé par Arrêté du 22 juillet 2011 - art. 4

Le choix des langues vivantes étrangères pour l’épreuve de langue vivante 1,2 ou 3 et le choix d’une langue régionale pour l’épreuve de langue vivante 2 ou 3 sont opérés par le candidat au moment de l’inscription à l’examen.

Article 2-2 (différé)
Créé par Arrêté du 22 juillet 2011 - art. 4

Les candidats ont à choisir, au titre des épreuves obligatoires de langues vivantes étrangères du baccalauréat technologique, entre les langues énumérées ci-après : allemand, anglais, arabe littéral, arménien, cambodgien, chinois, danois, espagnol, finnois, grec moderne, hébreu moderne, italien, japonais, néerlandais, norvégien, persan polonais, portugais, russe, suédois, turc et vietnamien.

Un arrêté du ministre chargé de l’éducation nationale fixe, pour chaque session de l’examen, les académies où peuvent être subies les épreuves de langue autres qu’allemand, anglais, espagnol et italien.

Article 2-3 (différé)
Créé par Arrêté du 22 juillet 2011 - art. 4

Les langues énumérées à l’article 2-2 du présent arrêté peuvent être choisies par le candidat au titre des épreuves facultatives du baccalauréat technologique.

Ces épreuves sont subies sous la forme d’une interrogation orale dans les académies où il est possible d’adjoindre au jury un examinateur compétent, sauf en ce qui concerne l’arménien, le cambodgien, le finnois, le norvégien, le persan, le suédois, le turc et le vietnamien, langues pour lesquelles l’épreuve est écrite.

Par dérogation à l’alinéa précédent, dans les séries STI2D, STL et STD2A, pour les sessions 2013 à 2016 de l’examen, l’épreuve de langue vivante 2, qui est facultative, est évaluée selon les modalités prévues par l’article 5 du présent arrêté pour les épreuves obligatoires de langue vivante étrangère.

Article 2-4 (différé)
Créé par Arrêté du 22 juillet 2011 - art. 4

Les candidats peuvent, le cas échéant, choisir au titre des épreuves facultatives une langue vivante étrangère autre que celles qui peuvent faire l’objet d’une épreuve obligatoire sous réserve que le ministre de l’éducation nationale soit en mesure d’organiser ces épreuves.

Ces épreuves sont écrites, sauf dispositions dérogatoires arrêtées par le ministre chargé de l’éducation nationale.

Article 3
Modifié par (en dernier lieu) Arrêté du 26 janvier 2006, v. init.

Les langues régionales pouvant donner lieu à épreuve obligatoire sont définies par la loi n° 51-46 du 11 janvier 1951 codifiée et les décrets pris ultérieurement pour élargir son champ d’application à d’autres langues. La liste de ces langues régionales est la suivante : basque, breton, catalan, corse, créole, langues mélanésiennes, occitan-langue d’oc, tahitien.

Outre les langues énumérées à l’alinéa précédent, peuvent donner lieu à une épreuve facultative : le gallo, les langues régionales d’Alsace, les langues régionales des pays mosellans.

L’épreuve de langue régionale n’est autorisée que dans les académies où il est possible d’adjoindre au jury un examinateur compétent.

Article 4
Modifié par (en dernier lieu) Arrêté du 9 mai 2003, v. init.

Une même langue vivante (étrangère ou régionale) ne peut être évaluée plusieurs fois au titre des épreuves obligatoires ou facultatives à l’exception des cas prévus par l’arrêté du 9 mai 2003 relatif aux conditions d’attribution de l’indication "section européenne" ou "section de langue orientale" sur les diplômes du baccalauréat général et du baccalauréat technologique.

Article 5 (différé)
Modifié par Arrêté du 22 juillet 2011 - art. 5

Les épreuves obligatoires de langue vivante étrangère comportent deux parties : une évaluation des compétences écrites et une évaluation des compétences orales. L’évaluation des compétences écrites prend la forme d’une épreuve écrite terminale. L’évaluation des compétences orales a lieu en cours d’année, dans le cadre habituel de formation de l’élève. Chacune des deux parties de l’évaluation est prise en compte pour la moitié de la note de l’épreuve.

Par dérogation à l’alinéa précédent, pour les candidats scolaires des établissements d’enseignement publics et privés sous contrat qui font le choix à l’examen d’une langue qui ne correspond pas à un enseignement suivi dans leur établissement, pour les candidats du Centre national d’enseignement à distance, pour les candidats individuels et pour les candidats des établissements privés hors contrat, l’évaluation des compétences orales est une épreuve ponctuelle organisée par le recteur d’académie.

Par dérogation aux précédents alinéas, pour les candidats qui font le choix de l’arménien, du cambodgien, du finnois et du persan, l’épreuve consiste uniquement en une évaluation de l’écrit, notée sur 20 points.

Pour les candidats de la session normale, ou de la session de remplacement, qui n’ont pu subir l’évaluation des compétences orales pour des raisons justifiées, le calcul des notes finales s’effectue uniquement à partir des résultats de la partie écrite des épreuves.

Pour les candidats scolaires qui se présentent à la session de remplacement, le calcul des notes des épreuves obligatoires de langue vivante étrangère prend en compte les résultats de l’évaluation des compétences orales subie au titre de la session normale.

Article 6
Modifié par Arrêté du 29 juillet 2005, v. init.

L’épreuve obligatoire finale de la spécialité de la série STG est composée d’une partie écrite et d’une partie pratique. Cette épreuve est affectée du coefficient 12. Pour le calcul des points, la note obtenue à la partie écrite est multipliée par 7 et celle obtenue à la partie pratique est multipliée par 5.
Pour les candidats des établissements publics et privés sous contrat, la ou les évaluations prises en compte au titre de la partie pratique sont organisées dans le cadre habituel de formation de l’élève.

Article 7 (différé)
Modifié par Arrêté du 22 juillet 2011 - art. 6

Pour les épreuves facultatives comme pour les ateliers de pratique ne sont retenus que les points supérieurs à la moyenne de 10 sur 20.

Pour la première épreuve facultative à laquelle le candidat a choisi de s’inscrire, quelle que soit l’option correspondante, les points sont multipliés par deux.

 Second groupe d’épreuves

Article 7-1 (différé)
Modifié par Arrêté du 22 juillet 2011 - art. 7

Le second groupe d’épreuves auquel sont autorisés à se présenter les candidats ayant obtenu, à l’issue du premier groupe d’épreuves, une note moyenne au moins égale à 8 et inférieure à 10 est constitué d’épreuves orales de contrôle. Après communication de ses notes, le candidat choisit deux disciplines au maximum parmi celles qui ont fait l’objet d’épreuves écrites obligatoires du premier groupe, anticipées ou non.

Les épreuves pratiques des séries STL et ST2S, la partie pratique de l’épreuve de spécialité de la série STG ainsi que les épreuves orales de projet dans les séries STD 2A, STI2D et STL ne font pas l’objet d’une épreuve de contrôle dans le cadre du second groupe d’épreuves.

La note de chaque épreuve de contrôle est affectée du même coefficient que celui de l’épreuve ou partie d’épreuve correspondante du premier groupe.

Seule la meilleure note obtenue par le candidat au premier ou au deuxième groupe d’épreuves est prise en compte par le jury.

Article 7-2 (différé)
Créé par Arrêté du 22 juillet 2011 - art. 7

Les candidats qui présentent un handicap tel que défini à l’article L. 114 du code de l’action sociale et des familles et qui sont autorisés à étaler sur plusieurs sessions le passage de la totalité des épreuves de l’examen conformément à l’article D. 336-8 du code de l’éducation sont également autorisés à étaler le passage des épreuves du second groupe dans les conditions suivantes.

En fonction du relevé des notes qui lui est remis après la délibération du jury sur la série d’épreuves du premier groupe qu’il a passées lors d’une session, le candidat peut faire le choix, par anticipation, de la totalité de ses résultats au premier groupe d’épreuves et de la décision finale du jury, de se présenter à une ou deux épreuves de contrôle correspondant aux disciplines dans lesquelles il a passé l’épreuve du premier groupe lors de la même session.

A l’issue du passage de la totalité des épreuves du premier groupe, et si la décision finale du jury l’autorise à s’y présenter, le candidat fait le choix définitif de la ou des deux épreuves de contrôle qu’il retient au titre des épreuves du second groupe. Lorsque ce choix définitif porte sur des disciplines pour lesquelles il a déjà subi l’épreuve de contrôle par anticipation, les résultats qu’il y a obtenus sont immédiatement pris en compte par le jury au titre du second groupe.

Dans le cas contraire, le candidat confirme qu’il renonce définitivement aux résultats de la ou des deux épreuves de contrôle passées par anticipation qu’il ne souhaite pas conserver et passe, lors de la session où le jury a rendu sa décision finale, la ou les deux épreuves correspondant à ses choix.

Quel que soit le nombre de sessions accordé au candidat pour étaler la totalité des épreuves du premier groupe de l’examen, il ne peut passer qu’une épreuve de contrôle par discipline évaluée au premier groupe d’épreuves. De même, le nombre total des épreuves de contrôle que le candidat peut conserver au titre du second groupe d’épreuves est limité à deux.

Article 8
Modifié par Arrêté du 29 juillet 2005, v. init.

Le présent arrêté est applicable à compter de la session 1995 du baccalauréat et prend effet pour les épreuves anticipées de cette session, il abroge l’arrêté du 24 mars 1993 relatif aux épreuves du baccalauréat technologique.

Visuel de la saisine de l'administration par voie éléctronique
Visuel du bouquet de services académiques

Contacts et services