Visuel du bouquet de services académiques

Philosophie

Les enseignements d’exploration en seconde

Les professeurs de philosophie peuvent dorénavant intervenir dans le cadre des enseignements d’exploration en seconde, notamment l’enseignement "Littérature et société". Ces enseignements sont présentés dans le BO spécial n°1 du 4 février 2010 : http://www.education.gouv.fr/cid50479/mene0929855a.html

 Présentation des enseignement d’exploration

Encart au BO spécial n°4 du 29 avril 2010 du

La réforme du lycée a pour ambition de mieux répondre aux besoins des élèves en accompagnant chacun d’eux et en les aidant à construire leur projet personnel d’orientation. Les nouveaux « enseignements d’exploration » de la classe de seconde contribuent à cette évolution en s’articulant à des dispositifs tels que l’accompagnement personnalisé, le tutorat, les stages passerelles et les stages de remise à niveau.

Les enseignements d’exploration proposent aux élèves de découvrir des champs disciplinaires ou des domaines intellectuels nouveaux, choisis par goût ou intérêt. Ces enseignements permettent de développer la curiosité des élèves et d’éclairer leur choix d’orientation. Pour cela, les élèves explorent les démarches, les méthodes, les exigences des domaines concernés, à travers des activités, des thématiques ou des questionnements concrets.

Dans le cadre de leur projet d’orientation, les élèves s’informent sur les cursus possibles dans les domaines explorés, au lycée et au-delà dans l’enseignement supérieur, ainsi que sur les activités professionnelles auxquelles ces parcours sont susceptibles de conduire. Ils peuvent ainsi faire des choix, non par défaut ou par méconnaissance, mais libres, avisés, en pleine connaissance de cause.

Les enseignements d’exploration suivis en seconde ne prédéterminent en rien la poursuite d’étude au cycle terminal : ils ne constituent pas des pré-requis pour s’engager dans telle ou telle série ou pour choisir tel enseignement spécifique en première. Un élève peut se tromper, s’apercevoir qu’il a fait un mauvais choix ou un choix qui ne répond pas à ses attentes, et bifurquer à temps, au lieu de s’orienter vers une filière qui ne lui correspondrait pas ; la classe de seconde est ainsi véritablement une classe de détermination.

Les enseignements d’exploration impliquent des organisations et des modalités d’enseignement renouvelées, telles que le partenariat et la démarche de projet ; ils font appel à l’initiative et à l’inventivité des équipes enseignantes pour introduire au lycée des innovations pédagogiques fécondes et bénéfiques aux élèves.

Une évaluation est nécessaire pour permettre aux élèves de prendre conscience des compétences acquises et des progrès accomplis dans les domaines explorés. Spécifique à chaque enseignement d’exploration, l’évaluation aide les élèves à affiner leur projet d’orientation de façon éclairée mais ne constitue en aucun cas un critère ou un pré-requis pour accéder à telle ou telle série. L’évaluation des enseignements d’exploration permettra aussi de mettre en valeur l’engagement, l’autonomie et les initiatives des élèves. Le conseil pédagogique favorisera la coordination des enseignements d’exploration, notamment en ce qui concerne l’évaluation et la notation des activités des élèves.

 Extraits du programme d’enseignement de littérature et société

BO officiel spécial n°4 du 29 avril 2010

Les professeurs choisissent deux ou trois domaines d’exploration parmi les six domaines présentés ci-dessous. Ils peuvent organiser librement leur enseignement sur l’année en fonction des situations
de travail envisagées, des ressources humaines et culturelles disponibles au sein de l’établissement ou dans son environnement. Cet enseignement doit se faire, autant que possible, en relation avec des partenaires, institutions ou entreprises culturelles proches du lycée, à l’occasion d’événements ou de manifestations diverses (festivals, expositions, semaine de la presse, concours, appels à projets, etc.). [...]

1. Écrire pour changer le monde : l’écrivain et les grands débats de société

Problématiques

  • De quelle manière les écrivains participent-ils aux débats politiques et aux débats de société, à la construction, à la diffusion ou à la mise en question des opinions et des valeurs de leur époque ? Quel rôle jouent-ils dans les représentations et les opinions qui sont communément partagées ou qui sont l’objet de controverses dans une société ?
  • Dans quelle mesure sont-ils créateurs, catalyseurs ou porteurs de manières de voir et de penser ?
  • Quels sont les voies et les moyens de leur engagement, les conditions de son efficacité ? Cette étude est aussi l’occasion de voir en quoi la participation aux grands débats de société est créatrice de
    formes et d’œuvres nouvelles.

Points d’entrée possibles

  • Écriture et engagement : discours, fictions, opinions.
  • Les utopies : à la recherche d’une société idéale.
  • Ce que la fiction dit du monde.
  • La figure de l’intellectuel dans la société contemporaine.
  • Regards croisés sur quelques grands débats de société à différentes époques.
  • La figure de l’écrivain au XIXe siècle.
  • Les écrivains face aux progrès scientifiques et techniques.
  • Écriture et idéologie : manifestes, pamphlets, charges et plaidoyers.

2. Des tablettes d’argile à l’écran numérique : l’aventure du livre et de l’écrit

Problématiques

On fait découvrir aux élèves la longue histoire des supports de l’écrit et on leur propose de réfléchir aux relations qui, depuis les origines de l’écriture, ont existé entre un type de support – notamment le
livre – et des modalités de production et de réception des textes.
On touche ainsi particulièrement au rôle historique que joue, via ces supports, l’écriture elle-même, dans la construction des civilisations, dans les usages et les modes de pensée, dans l’imaginaire des
sociétés.
Le professeur aborde à cette occasion la question de l’évolution actuelle des formes du livre et de la textualité numérique, et de ses enjeux dans la société aujourd’hui – qu’ils soient culturels, artistiques, ou économiques.

Points d’entrée possibles

  • Les grandes révolutions du livre : histoire de ses formes et de ses supports. (du volumen à l’imprimé et au livre numérique).
  • Arts et techniques du livre.
  • Les livres sacrés.
  • Les espaces du livre et de la lecture (bibliothèques, conservation et diffusion des écrits).
  • Textualité numérique et formes « ouvertes » de l’écrit aujourd’hui.
    Lectures et lecteurs, hier et aujourd’hui.
  • Portulans, atlas, livres de voyages : les géographes écrivent le monde.
  • Archiver, conserver, diffuser : transmettre la mémoire d’une société.
  • Les livres d’histoire.
  • L’aventure des écritures : pictogrammes, idéogrammes, alphabets, multimédia…
  • D’autres supports : grottes, murs, pierres écrites, inscriptions, tableaux et écritures peintes.

3. Images et langages : donner à voir, se faire entendre

Problématiques

L’image, élément de la culture des élèves, joue un rôle essentiel dans nos sociétés.

  • Comment les différents modes d’expression et de communication que sont le texte et l’image, fixe ou animée, se combinent-ils, s’enrichissent-ils mutuellement ?
  • En quoi les langages qu’ils constituent et les effets qu’ils produisent sont-ils à la fois différents et néanmoins très intimement liés l’un à l’autre ?
  • En prenant appui sur des textes et des documents variés, le professeur aborde avec les élèves divers aspects du langage visuel. Comment le comprendre, en contexte, que ce soit dans une perspective de création artistique, de divertissement, de glorification ou de stigmatisation, d’information ou de désinformation, d’incitations diverses ? De quels plaisirs et de quels dangers est-il porteur ?

Points d’entrée possibles

  • Images du pouvoir, pouvoir des images : monnaies, médailles, statues, portraits en majesté…
  • L’illustration et son histoire : enluminures, gravures, photographies.
  • Publicité, bande dessinée, création multimédia : interactions de l’image et du texte.
  • La lettre et l’image : graphisme et typographie.
  • Slogans, tracts et affiches : mots et images de l’action collective.
  • Imprimer la légende : les images d’Épinal.
  • Représentations et opinions : colporteurs d’images, colporteurs d’histoires.
  • Le paysage, réalités et représentations.
  • Œuvres littéraires et adaptations cinématographiques.
  • Un courant esthétique (par exemple : le baroque, textes et images en mouvement).
  • Un événement historique vu par différents cinéastes (la Révolution française, la Libération…).
  • Le film au service du pouvoir : le cinéma de propagande.

4. Médias, information et communication : enjeux et perspectives

Problématiques
Dans une société marquée par l’abondance et le foisonnement de l’information, la capacité à hiérarchiser les données, à s’assurer de leur source, de leur nature et de leur fiabilité constitue un enjeu éducatif primordial. L’objectif est de faire réfléchir les élèves à la place et au rôle des médias dans la société. On se donne pour but de leur faire appréhender de manière critique les messages médiatiques sous des formes variées, notamment celles qui se développent aujourd’hui par le canal La prise en compte de la profondeur historique des problématiques de la presse et de l’information permet de donner aux élèves une distance propice à la réflexion et de leur proposer les éléments d’une véritable éducation à l’information.

Points d’entrée possibles

  • Histoire et genres de la presse écrite du XIXe au XXIe siècle.
  • Les journalistes et le pouvoir.
  • Médias et culture de masse.
  • L’avènement des nouveaux médias (radio, télévision, puis internet).
  • Médias : formes et modes de participation.
  • Circulation de l’information et réseaux sociaux.
  • La presse écrite : un média en crise.
  • Communication et politique.
  • Le fait divers : information ou émotion ?
  • Médias et manipulation de l’opinion.
  • Le journal télévisé : quelle écriture de l’actualité ?
  • Dessin de presse et caricature.

5. Paroles publiques : de l’agora aux forums sur la toile

Problématiques

L’objectif est de faire découvrir aux élèves différentes formes de la parole publique, dans sa profondeur historique et la diversité de ses manifestations, de leur en faire apprécier les pouvoirs et comprendre les codes et les effets. Les échanges de paroles sont des liens essentiels pour créer une vie en société. La manière dont se
font ces échanges varie cependant selon les régimes politiques, selon le degré de liberté consenti à la parole des sujets ou des citoyens, la censure conduisant souvent la société à concevoir divers moyens de contourner l’interdit. Certains lieux matériels ou immatériels sont dévolus à ces échanges : l’agora ou le forum pour l’Antiquité, les places des villes médiévales et modernes, les médias ou internet pour l’époque contemporaine.

Points d’entrée possibles

  • De l’art de la conversation à l’interview télévisée.
  • Parole publique et démocratie dans la cité.
  • Le discours politique : décryptages.
  • Les moyens d’expression du citoyen hier et aujourd’hui.
  • Grands discours à travers l’histoire.
  • Nouveaux modes de participation et espaces d’échanges : forums, blogs, débats participatifs, tchats.
  • La liberté d’expression : un droit, des devoirs.
  • La censure.
  • Le débat télévisé : décryptages.
  • Mises en voix, mises en scène.

6. Regards sur l’autre et sur l’ailleurs

Problématiques

L’objectif est d’éveiller la curiosité des élèves pour les cultures, traditions et civilisations étrangères, et de les faire s’interroger sur les différents regards dont elles peuvent faire l’objet : celui de l’ethnologue, de l’anthropologue, du sociologue, du poète ou de l’écrivain, de l’explorateur, du reporter, de l’historien, du géographe, de l’archéologue. On leur fait prendre ainsi conscience de différentes manières de rendre compte de réalités qui peuvent être éloignées dans l’espace ou dans le temps, et des diverses émotions et facultés qu’éveille et que mobilise en nous le contact avec l’autre et l’ailleurs.
Au-delà de la découverte de la diversité humaine, dont cet enseignement doit être l’occasion pour les
élèves, on les amène à réfléchir sur le sens même de la relation à l’autre, et sur la manière dont elle change celui qui s’y expose. On aborde ainsi concrètement les notions de regard éloigné, d’altérité et
d’identité culturelle, de patrimoine.

Points d’entrée possibles

  • « Notre monde vient d’en trouver un autre… » : récits et discours du Nouveau Monde au XVIe siècle.
  • Le voyage en Italie, le voyage en Orient : peintres et écrivains.
  • Europe-Afrique : regards croisés.
  • Récits et carnets de voyage, écrits d’ethnologues.
  • L’exotisme.
  • L’ailleurs utopique : un rêve rationnel.
  • Explorations et colonisations.
  • Figures de l’étranger : le barbare, l’indigène, l’immigré, l’errant.
  • Guides touristiques : conception, écriture, mise en images.
Mise à jour : 20 novembre 2011